Jaafari : Les tentatives des commanditaires du terrorisme de présenter leurs réseaux comme « opposition armée modérée » n’empêcheront point la Syrie de poursuivre la lutte antiterroriste

L’ambassadeur permanent de la Syrie à l’ONU, Bachar Jaafari, a affirmé que les tentatives des pays soutenant les réseaux terroristes de les remodeler et de les présenter comme une « opposition armée modérée » n’empêcheront point la Syrie de poursuivre la défense de ses citoyens et la lutte antiterroriste.

Lors d’une séance tenue aujourd’hui par le Conseil de sécurité sur la situation en Syrie, Jaafari a fait savoir qu’avec chaque victoire réalisée par la Syrie sur le terrorisme, certains pays membres du CS lancent des campagnes de calomnies pour déformer cette victoire et nuire à l’image de l’Etat syrien.

« La Syrie a patienté à l’égard du déploiement des réseaux terroristes à Idleb et a choisi les solutions politiques, comme elle avait sérieusement traité avec toutes les initiatives d’accalmie », a-t-il dit.

Et Jaafari de poursuivre : « L’Etat syrien en s’attachant à ses citoyens a annoncé il y a quelques jours l’ouverture d’un corridor humanitaire dans la ville de Souran pour permettre aux civils souhaitant sortir des zones de déploiement des groupes terroristes dans les deux banlieues nord de Hama et sud d’Idleb vers les zones de la présence de l’armée arabe syrienne ».

Jaafari a indiqué que l’accord d’Astana relatif à la création des zones de désescalade n’englobe pas les réseaux terroristes classés par le Conseil de sécurité comme entités terroristes.

Il a fait noter que les réseaux se trouvant à Idleb, tels que le « Front Nosra », «Daech », le « Mouvement de Turkestan oriental », « Hurras al-Dine », l’« Armée de Mouhajirine et d’Ansar » et autres, sont des réseaux terroristes et que les gouvernements des pays ne peuvent point les remodeler pour les présenter comme « opposition syrienne armée modérée », assurant que ces tentatives n’empêcheront pas la Syrie de poursuivre en soutien de ses alliés, de défendre ses citoyens et de lutter contre le terrorisme.

Abordant l’accord américano-turc sur la création d’une « zone sûre » sur les territoires syriens, Jaafari a précisé que cet accord avait mis à nu le nouveau partenariat américano-turc dans l’agression contre la Syrie et avait dévoilé l’ampleur de la tromperie dans les politiques de ces deux pays.

Jaafari a dit que la participation israélienne au soutien au terrorisme s’était représentée dans les dernières agressions sur les territoires de trois pays arabes (la Syrie, l’Irak et le Liban), affirmant que ces agressions, soutenues par l’administration américaine, reflètent la partenariat américano-israélien visant à déstabiliser la région en faveur des intérêts israéliens.

Source: News Agencies